HAITI ET SES BAILLEURS

Recommander cet article
FaceBook  Twitter  

L’aide comme arme de dissuasion ( ?)


MIAMI, 4 Janvier – La réponse du gouvernement haïtien repoussant les avertissements émis par Washington et Ottawa aux potentiels voyageurs en Haïti n’a eu aucun succès.
Au contraire le Canada a annoncé vendredi (4 janvier) le gel de son aide à Haïti.
Notre pays est après l’Afghanistan le plus grand receveur d’aide du Canada.
L’information tombe vendredi (4 janvier 2013) dans le quotidien La Presse (de Montréal) : ‘Ottawa gèle son aide à Haïti (…). L’Agence canadienne de développement international (ACDI) a mis les fonds destinés aux nouveaux projets en Haïti sur la glace, en attendant de déterminer une approche plus « efficace » qui permettrait aux Haïtiens de « se prendre en main. »
‘Depuis 2006, le Canada a déjà versé 1 milliard de dollars à Haïti, dit le ministre à la Coopération internationale, Julian Fantino (…). Le fait est qu’Haïti est toujours en mauvais état (alors qu’à côté en République dominicaine, les choses vont beaucoup mieux).’
Et de conclure : ‘Allons-nous continuer à faire la même chose et de la même manière en Haïti ?’
On lit aussi dans l’article : ‘Cette (nouvelle) stratégie misera davantage sur les entreprises canadiennes.’

Souveraineté d’Haïti ( ?) …

Est-ce aussi une réponse à cette intention réitérée du gouvernement haïtien de rétablir la souveraineté d’Haïti sur les programmes d’aide externe afin de mieux coordonner celle-ci avec les priorités du plan de développement dégagées par la nouvelle administration du président Michel Joseph Martelly et du premier ministre Laurent Salvador Lamothe ?
L’actuel gouvernement essaie aussi de faire accepter à l’international que ses dons soient remplacés au fur et à mesure par des crédits créateurs d’emplois et de croissance.
‘Haiti is open for business’.
Cependant la dernière notation du Fonds monétaire international (FMI) laisse des doutes à ce sujet. La croissance espérée (7 à 8%) a chuté à 2.5 / 3% pour la dernière année fiscale. Et le reste s’ensuit.


Radicalisme …
A cela s’ajoute une atmosphère sociale marquée soudainement par des troubles civils (radicalisme des manifestations politiques et d’employés d’entreprises publiques licenciés) et une relance de la criminalité alors que le gouvernement affirme qu’il met les bouchées doubles dans la lutte contre le kidnapping et les gangs criminels.
C’est dans cette conjoncture que paraît le dernier ‘travel warnings’ (avertissements aux voyageurs) du Département d’état américain renseignant les citoyens américains sur les risques qu’ils encourent à se rendre en Haïti, rappelant que des ressortissants américains, parmi d’autres, ont été victimes de crimes violents, assassinats et enlèvements au cours de l’année 2012, principalement dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince (Agence haïtienne de presse / AHP).
Le Département d’état fait également remarquer que les responsables haïtiens ont une capacité limitée à dissuader ou à investiguer de tels actes de violence ou à poursuivre leurs auteurs.
Outre que la capacité des autorités en cas d’urgence est limitée, voire inexistante dans certaines zones.
Enfin le Département d’état note que l’épidémie de cholera continue à faire des dégâts dans plusieurs régions du pays (AHP).


Le gouvernement haïtien proteste …
Le Canada ne tardait pas à communiquer aussi ses réserves dans le même domaine et presque dans des termes similaires.
Pourtant ces avertissements n’ont rien de bien nouveau par rapport aux bulletins précédents sinon que les autorités haïtiennes s’attendaient apparemment à un traitement moins catégorique au vu des efforts qu’elles estiment avoir accomplies ces derniers temps.
Dans une note de presse émanant du bureau de communication du Premier ministre, le gouvernement ‘proteste avec véhémence contre les avertissements émis par les Gouvernements des Etats-Unis et du Canada …
‘Le Gouvernement (haïtien) veut rassurer la diaspora haïtienne et les voyageurs étrangers qu’ils peuvent visiter Haïti en toute quiétude (…)’.
Le Gouvernement haïtien assure avoir consenti ‘des efforts pour renforcer d’une part (les institutions) de maintien de l’ordre et de la paix publique et d’autre part pour améliorer le système sanitaire (…) qui a vu une nette régression’ de l’épidémie du cholera.


‘Paradoxal !’ …
Dans le même communiqué, le Gouvernement haïtien dit s’étonner de ces ‘travel warnings’ puisque publiés par les deux ‘plus grands bailleurs de fonds de la Police nationale d’Haïti (PNH).’
Et qui avaient applaudi également au ‘démantèlement du plus grand réseau de kidnapping que dirigeait un puissant homme d’affaires haïtien marquant ainsi le début de la fin de cette pratique sur le territoire national.’
Sur ce le Gouvernement haïtien dit considérer comme ‘paradoxale’ cette conduite de la part de Washington et d’Ottawa.
Et leur demande de mettre un ‘bémol dans les interventions touchant à la sécurité en Haïti.’

Coup de théâtre ! …
Mais la même semaine (vendredi 4 janvier), coup de théâtre : ‘Le Canada annonce le gel de son aide à Haïti.’
Motif invoqué : l’aide ne produit aucun changement et ‘Haïti est toujours en aussi mauvais état’ (La Presse, 4 janvier 2013).
Nous n’avons pas obtenu, dit le (nouveau) ministre canadien à la Coopération, Julian Fantino (conservateur), ‘le progrès auquel les Canadiens sont en droit d’attendre.’
Les fonds destinés à Haïti seront donc pour le moment gelés en attendant de décider des prochaines étapes, a dit le ministre.

Deux précieux supporters …
Mais en même temps, est-ce que Ottawa ne vend pas la mèche ?
Est-ce que les problèmes de sécurité sont en effet la seule cause de cette levée de boucliers de la part de deux importants alliés d’Haïti mais aussi deux précieux supporters du pouvoir Martelly-Lamothe ?
N’y a-t-il pas anguille sous roche ?
Beaucoup d’autres aspects de la conjoncture inviteraient à penser que ces dernières initiatives peuvent aussi avoir une interprétation politique.
En effet lors d’une conférence de presse le vendredi 28 décembre écoulé, le président de la république Michel Martelly, flanqué de son premier ministre Laurent Lamothe, a confirmé que des changements peuvent être opérés bientôt dans l’équipe gouvernementale.
Information reprise par diverses sources, y compris parlementaires vu que ces derniers ont leur rôle à jouer dans tout éventuel remaniement ministériel. A entendre les interventions dans les médias, les camps seraient déjà en train de se former ouvertement dans cette perspective, principalement à la Chambre des députés.

Remaniement ministériel annoncé …
La présence du premier ministre aux côtés du chef de l’Etat lors de cette conférence de presse se voulait-elle une assurance que ces changements n’incluront pas le poste de chef du gouvernement …
Ceci contrairement aux rumeurs circulant avec insistance depuis plusieurs semaines faisant état d’une cabale contre le PM Laurent Lamothe au sein des proches de la Présidence.
Comment rassurer les bailleurs d’Haïti qui ne voudraient pas voir ce pays retomber dans l’instabilité … dont la conséquence immédiate c’est toujours une nouvelle vague d’émigration sauvage.
Qui veut la paix prépare la guerre ! Nos ‘grands amis’ montrent tout de suite la couleur ( ?).

 

Haïti en Marche, 4 Janvier 2013