Recherche

P-au-P, 29 janv. 2018 [AlterPresse] --- Le Ministère de la justice condamne le comportement du commissaire du gouvernement, Ocnamé Clamé Daméus, en ce qui concerne la manière de traiter des dossiers relatifs à la détention préventive prolongée.


Le traitement des dossiers par le commissaire du gouvernement laisse à désirer, critique le Ministère, dans une note en date du 2 janvier 2018, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.
Il fait référence aux instructions qui avaient été données aux chefs des différents parquets de la république, dont le commissaire Daméus, à la fin de l’année écoulée.
« Ce n’est pas sans peine que l’on doit constater que, pour la majorité des cas ayant été soumis à son attention (Daméus), il s’agit de personnes qui avaient fini de purger leur sanction et que, par la faute de votre administration, elles étaient gardées encore en prison », selon le Ministère.
Le Ministère de la justice dit sanctionner dûment le comportement du commissaire,qu’il juge « préjudiciable et pour le moins blâmable », dans ce dossier.
Cette situation tend, selon la note du Ministère, à défier l’une des priorités du gouvernement en matière pénale qui viserait à réduire au plus bas, ce jusqu’à son éradication, le taux de la détention préventive prolongée.
Selon la note, la mission du Ministère est de veiller à la stricte application de la politique pénale de l’équipe gouvernementale et à la distribution d’une saine et impartiale justice, appelant à éviter la répétition d’autres actes similaires à l’avenir.
Le 30 décembre 2017, le commissaire du gouvernement avait procédé à la libération d’environ 223 détenus.
La procédure adoptée pour libérer ces prisonniers a été dénoncée par des organisations de défense des droits humains en Haïti.