Les Toutes Dernieres

Recommander cet article
FaceBook  Twitter  

22 septembre 2014 14H04
CRISE PRE-ELECTORALE Martelly lance les pourparlers au palais national



Les consultations pour trouver une issue à la crise politique qui secoue le pays depuis plusieurs mois, ont démarré ce lundi 22 septembre au Palais National. Le président Michel Martelly a rencontré des membres de la société civile, notamment le responsable de l’ISC Rony Desroches et Edouard Paultre de la Conhane.

Ensuite, Michel Martelly devrait discuter avec des membres du Parlement, notamment le président et le vice-président de l’Assemblée nationale, le président du CSPJ, et le coordonateur de l’OPL Sauveur Pierre Etienne.
Les consultations se font à huis clos. Le porte-parole de la présidence Lucien Jura a annoncé la tenue probable d’un point de presse à 2 heures par le président Martelly, à la fin des premières discussions.
Cependant aucun sénateur du groupe des 6 de l’opposition politique n’a été remarqué au Palais national. Ils avaient affirmé qu’ils ne participeraient pas à des négociations si celles-ci se tiennent au Palais National.
« Le fait par le président de choisir unilatéralement le Palais National pour démarrer les discussions, est la preuve de sa mauvaise foi et de son refus d’arriver à une solution… », a déclaré Me André Michel du MOPOD.
Vendredi Michel Martelly lui-même avait annoncé pour ce lundi le début du dialogue politique, qui devrait conduire au déblocage de la situation pré-électorale.
Les discussions seront suspendues mardi après midi, le chef de l’Etat devant prendre part à l’Assemblée générale des Nations-Unies à New York.


 
21 septembre 2014 19H18
Magnifique concert de Jazz le samedi 20 septembre au Little Haiti Cultural Center.


Il s’est déroulé au Little Haiti Cultural Center, à l’initiative de Haiti Jazz Foundation, en plein Coeur de Little Haiti le quartier haïtien de Miami.

L’assistance, malheureusement très peu nombreuse a eu l’occasion d’apprécier des artistes de renom tels que Beatriz Malnic, Felipe Lamoglia, Jowee Omicil, Don Wilner, Jean Chardavoine, Joël Widmaier et Harvel Nakundi.

Ce fut du grand jazz et nos artistes ont eu droit à des applaudissements nourris.

Le concert à $ 40.00 l’entrée était organisé pour recueillir des fonds pour le Festival de Jazz de Port-au-Prince qui se tiendra en Janvier dans la capitale haïtienne, Il était placé dans le cadre d’une EXPOSITION Toto Bissainthe An’n Ale retraçant des photographies ainsi que des témoignages video de la vie de cette comédienne , chanteuse auteur et compositrice trop tôt partie.
Née en 1934 en effet, Toto Bissainthe mourrait le 4 Juin 1994 des suites d’un cancer du foie. Et cette année 2014 ramenait le 20 ème anniversaire de sa disparition.
Artiste en exil durant la majeure partie de son existence, Toto Bissainthe a vécu trente ans à Paris et après un arrêt de plusieurs années en Martinique et en République dominicaine, est retournée vivre en Haïti, au départ du dictateur Jean-Claude Duvalier en 1986. Cependant, elle y connut de multiples déceptions, en constatant les problèmes politiques et les querelles intestines qui affectaient Haïti, sa terre natale dont elle aurait souhaité participer à la reconstruction.

 
19 septembre 2014 09H49
Mort de Osner Févry Junior: La DCPJ conclut au suicide
Osner Févry Junior s’est suicidé! C'est ce qu’a déclaré le directeur général de la Police nationale d’Haïti, Godson Orélus, lors de son audition devant la commission Justice et Sécurité du Sénat haïtien.

Godson Orélus rapportait alors, les conclusions du rapport d’enquête menée par la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). La thèse du suicide émise, dès le début, est donc confirmée par les "experts" de la police scientifique.

M. Orélus a également fait remarquer que la demande du père de la victime de participer à l’enquête policière ne pouvait être acceptée à cause de l’intérêt que celui-ci a dans ce dossier.

Les conclusions de la DCPJ ont été rejetées en bloc par Me Osner Févry qui crie au scandale et à la complicité policière dans l'assassinat de son fils. L’avocat fait remarquer que des pièces du dossier, dont la radiographie du squelette de son fils qui est une pièce clé, avaient été déplacées par le médecin légiste. Laquelle pièce serait réclamée par le commissaire du gouvernement pour être transférée au juge d’instruction.

Me Févry (père) critique également l’autopsie pratiquée sur le corps de son fils qui s’est déroulé dans des conditions douteuses. Toutefois, il fait remarquer que la commission Justice et Sécurité du Sénat avait réclamé une commission d’enquête indépendante pour faire lumière sur le dossier, après lui avoir soumis des preuves additionnelles.
 
17 septembre 2014 10H32
Le Ministre Réginald Delva pris pour cible à Petit Goâve
Mardi 16 septembre, aux environs de 10 heures a.m., la situation était une nouvelle fois tendue a Petit-Goâve ou les membres des sections locales de l'opposition sont descendus dans les rues, pour exiger à nouveau, le départ de la mairesse Sandra Jules qu’ils accusent de détournement de fonds publics.

À la mi-journée, Réginald Delva, le Ministre de l'Intérieur et des Collectivités Territoriales est arrivée à Petit-Goâve, afin de rencontrer plusieurs personnalités de la ville, y compris les dirigeants de l'opposition pour s'informer de la nature des problèmes existant entre les opposants et les autorités locales qui paralyse la ville depuis plusieurs jours.

A peine arrivée, le Ministre Delva s'est entretenu à la Mairie, avec la Mairesse Sandra Jules. Informés de la présence du Ministre, les manifestants, chauffés à blanc, se sont précipités devant la Mairie en scandant des propos hostiles aux autorités locales et au Président de la République, lançant des pierres, brisant les vitres de la voiture officielle du Ministre...

Suite à sa rencontre avec la Mairesse et malgré cet incident, Réginald Delva s'est ensuite rendu à l’hôtel Impératrice, pour y rencontrer les dirigeants de l'opposition afin de connaître exactement leurs revendications. Dirigeants qui n'ont pas répondu à ce rendez-vous, préalablement planifié par Déus Jean Francois, Secrétaire d'État aux affaires politiques.

Selon certaines informations, les dirigeants de l'opposition ne se seraient pas présentés pour des raisons de sécurité, craignant d’être arrêté, après que leurs partisans aient cassé les vitres et endommagé la voiture du Ministre...
 
16 septembre 2014 19H48
Le Ministre délégué chargé de la sécurité énergétique démis de ses fonctions
Le Bureau de communication de la Primature informe le public en général et la presse en particulier que le ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la sécurité énergétique, M. René Jean-Jumeau a été démis de ses fonctions.

Cette décision résulte du manque de résultats de la part du ministre délégué à la sécurité énergétique en dépit des moyens mis à sa disposition.


 
16 septembre 2014 19H44
L'homme d'affaires Haïtien "Pasha" Vorbe objet d'un mandat d'amener

Publié le 16 Septembre, 2014 dans Editor HCNN (author)
PORT-AU-PRINCE, Haiti (HCNN) -- Le juge d'instruction Lamarre Bélizaire -- qui enquête sur les actes de corruption reprochés à l'ancien president Jean-Bertrand Aristide et plusieurs dizaines de ses allies -- a émis mardi un mandat d'amener à l'encontre de l'homme d'affaires Joel Edouard "Pacha" Vorbe qui a décidé de ne pas se présenter au cabinet d'instruction où il a été convoqué pour répondre d'accusations de blanchiment d'argent et d'association de malfaiteurs, a appris HCNN de sources judiciaires.
Vorbe, qui dénonce les actions du juge instructeur qu'il qualifie de persecutions politiques, a décidé de récuser le juge Bélizaire dans une correspondance addressée au magistrat.
Pacha Vorbe, un proche allié d'Aristide et membre du directoire du parti Fanmi Lavalas de l'ancien président haitien, avait été convoqué pour ce mardi au cabinet d'instruction.
Plusieurs anciens collaborateurs d'Aristide et l'ancien Chef d'Etat lui-même sont l'objet d'un mandat d'amener et d'une mesure d'interdiction de départ.

 
16 septembre 2014 19H41
MARTELLY présente LAMOTHE comme son éventuel successeur
Le président d'Haïti exhorte les électeurs à voter pour la stabilité politique lors des prochaines elections

PORT-AU-PRINCE, Haïti (HCNN) - Le président d'Haïti, Michel Martelly, a exhorté, le weekend écoulé, les électeurs à voter pour des gens qui continueront à mettre en œuvre les programmes initiés par son administration, à un moment où le pays des Caraïbes se prépare à organiser des élections législatives et locales cruciales, avant la fin de l'année et un scrutin présidentiel, l'année prochaine.
Critiquant les parlementaires de l'opposition qui ont refusé, pour des raisons politiques apparentes, d'approuver une série de lois, Martelly a appelé les électeurs à élire, lors des prochaines élections, des gens qui vont continuer les programmes et projets sociaux et de développement, qui profitent maintenant à la population.
"Je vous demande, si vous aimez ce que nous faisons, il ne s'agit pas d'applaudir, vous devez voter pour les bonnes personnes afin que ces programmes puissent continuer car il y aura toujours des gens qui vont s'y opposer", a déclaré Martelly, assis à côté du Premier ministre Laurent Lamothe, lors d'une réunion communautaire, "Gouvènman Lakay ou", sur l'île de La Gonâve, samedi.
"Il y a des gens qui veulent le chaos parce que c'est à ce moment-là qu'ils seront en mesure de voler, il y a des gens qui veulent des troubles parce qu'ils vivent dans la corruption», a déclaré Martelly, critiquant principalement les législateurs de l'opposition qu'il accuse d'essayer de bloquer son programme présidentiel.
Martelly, une ancienne vedette de la musique devenue président, qui demeure populaire en Haïti malgré les difficultés que connaissent de nombreux Haïtiens, a suggéré plus tôt cette année qu'il soutiendrait le Premier ministre actuel, Laurent Lamothe, comme prochain candidat à la présidentielle, lors des élections avant la fin de 2015 .
Martelly a présenté Lamothe comme une garantie pour la poursuite des projets sociaux, économiques et de développement en cours. Mais les deux hommes font rarement référence à la question publiquement. Martelly fait valoir que "pour le moment Lamothe est Premier ministre, pas un candidat, et il se concentre sur son travail en tant que Premier ministre." "Et je suis fier de lui", a déclaré Martelly récemment.
Martelly est constitutionnellement interdit de briguer deux mandats consécutifs de 5 ans. Il lui est permis de faire un retour dans la course présidentielle seulement en 2020.
Martelly et Lamothe étaient sur l'île de La Gonâve au cours du week-end pour présider une réunion communautaire organisée par le gouvernement dans les différentes communes à travers le pays où les membres du cabinet ministériel, des groupes locaux et des membres de la population échangent sur les enjeux, développent une plus grande proximité et apportent des solutions aux problèmes, dans les limites des ressources disponibles.
La réunion de La Gonâve, samedi, était la 10e du genre organisée dans tout le pays et la série se poursuivra.
Le pays se prépare à organiser une élection pour renouveler les deux tiers du Sénat de 30 membres, toute la chambre basse et des centaines d'entités des collectivités territoriales, mais le processus a été mis en attente par un groupe de sénateurs de l'opposition récalcitrants qui bloquent l'approbation d'une législation nécessaire à la tenue du scrutin.
"Quand ils ne veulent pas passer des lois qui pourraient aider à améliorer la situation du peuple haïtien, ils ne bloquent pas Michel Martelly, ils bloquent le pays", a expliqué Martelly. "Ils bloquent les jeunes, ils bloquent les enfants que nous envoyons à l'école, ils bloquent les mères et les pères défavorisés», a-t-il ajouté.
Le président haïtien prévoit de rencontrer, dans les prochains jours, des sénateurs de l'opposition, des partis politiques et d'autres secteurs en Haïti afin de discuter des moyens de mettre fin à l'impasse politique qui paralyse le processus électoral, entre autres choses.

 
16 septembre 2014 19H25
La Congress woman Maxine Waters écrit au Secrétaire d'Etat John Kerry
Dans une lettre adressée au Secrétaire d’État John Kerry, la Congressiste Maxine Waters, dit craindre une situation dangereuse après le retrait des agents chargés de la sécurité de l’ancien Président Aristide et lui demande d’intervenir sans délai, afin d’éviter une confrontation dangereuse entre les forces de l’orde et les partisans d’Aristide.

« L'Honorable John Kerry
Secrétaire d'État
Département d'État
2201 C Street, NW, Room 7226
Washington, DC 20520

Cher Secrétaire Kerry:

Je suis profondément concerné par la situation en Haïti.

J'ai été informé que des ordres ont été donnés de rappeler tous les officiers du commissariat de police qui fournissait la sécurité à la maison du Président Aristide et tous les policiers ont quitté les alentours ce matin aux environs de 1h00 a.m. [jeudi 11 septembre 2014]. Cela rend le Président Aristide et sa famille, totalement exposés.

Je suis extrêmement concerné qu'il existe un effort d'arrêter de manière illégale le Président Aristide. Étant donné que les supporteurs du Président Aristide se sont rassemblés autour de sa maison au cours des derniers jours pour montrer leur soutien envers lui, on peut raisonnablement s’attendre qu'ils aillent encercler sa maison pour prévenir son arrestation. Personne ne devrait vouloir une confrontation entre les partisans du Président Aristide et la police. Je crains qu'une situation dangereuse se développe, qui puisse mener à des pertes de vie et d'instabilité politique plus profonde en Haïti.

S'il vous plait intervenez immédiatement pour éviter une confrontation inutile et dangereuse et éviter que s'en suive le chaos en Haïti.

Sincèrement,
Maxine Waters
Membre du Congrès

cc: Thomas C. Adams, Haiti Special Coordinator
Ambassador Pamela A. White, U.S. Ambassador to the Republic of Haiti»

Par ailleurs nous apprenons que ce mardi 16 septembre 2014, des sénateurs de l’Opposition anciens membres de l’organisation politique Fanmi Lavalas, des politiciens d’allégeance lavalassienne, des membres du MOPOD et des représentants d’organisations populaires, ont la ferme intention, en signe de solidarité, de rendre visite au Président Aristide, à sa résidence de Tabarre, sans demander l’autorisation au Juge Lamarre Bélizaire

 
16 septembre 2014 19H25
La Congress woman Maxine Waters écrit au Secrétaire d'Etat John Kerry
Dans une lettre adressée au Secrétaire d’État John Kerry, la Congressiste Maxine Waters, dit craindre une situation dangereuse après le retrait des agents chargés de la sécurité de l’ancien Président Aristide et lui demande d’intervenir sans délai, afin d’éviter une confrontation dangereuse entre les forces de l’orde et les partisans d’Aristide.

« L'Honorable John Kerry
Secrétaire d'État
Département d'État
2201 C Street, NW, Room 7226
Washington, DC 20520

Cher Secrétaire Kerry:

Je suis profondément concerné par la situation en Haïti.

J'ai été informé que des ordres ont été donnés de rappeler tous les officiers du commissariat de police qui fournissait la sécurité à la maison du Président Aristide et tous les policiers ont quitté les alentours ce matin aux environs de 1h00 a.m. [jeudi 11 septembre 2014]. Cela rend le Président Aristide et sa famille, totalement exposés.

Je suis extrêmement concerné qu'il existe un effort d'arrêter de manière illégale le Président Aristide. Étant donné que les supporteurs du Président Aristide se sont rassemblés autour de sa maison au cours des derniers jours pour montrer leur soutien envers lui, on peut raisonnablement s’attendre qu'ils aillent encercler sa maison pour prévenir son arrestation. Personne ne devrait vouloir une confrontation entre les partisans du Président Aristide et la police. Je crains qu'une situation dangereuse se développe, qui puisse mener à des pertes de vie et d'instabilité politique plus profonde en Haïti.

S'il vous plait intervenez immédiatement pour éviter une confrontation inutile et dangereuse et éviter que s'en suive le chaos en Haïti.

Sincèrement,
Maxine Waters
Membre du Congrès

cc: Thomas C. Adams, Haiti Special Coordinator
Ambassador Pamela A. White, U.S. Ambassador to the Republic of Haiti»

Par ailleurs nous apprenons que ce mardi 16 septembre 2014, des sénateurs de l’Opposition anciens membres de l’organisation politique Fanmi Lavalas, des politiciens d’allégeance lavalassienne, des membres du MOPOD et des représentants d’organisations populaires, ont la ferme intention, en signe de solidarité, de rendre visite au Président Aristide, à sa résidence de Tabarre, sans demander l’autorisation au Juge Lamarre Bélizaire

 
16 septembre 2014 19H25
La Congress woman Maxine Waters écrit au Secrétaire d'Etat John Kerry
Dans une lettre adressée au Secrétaire d’État John Kerry, la Congressiste Maxine Waters, dit craindre une situation dangereuse après le retrait des agents chargés de la sécurité de l’ancien Président Aristide et lui demande d’intervenir sans délai, afin d’éviter une confrontation dangereuse entre les forces de l’orde et les partisans d’Aristide.

« L'Honorable John Kerry
Secrétaire d'État
Département d'État
2201 C Street, NW, Room 7226
Washington, DC 20520

Cher Secrétaire Kerry:

Je suis profondément concerné par la situation en Haïti.

J'ai été informé que des ordres ont été donnés de rappeler tous les officiers du commissariat de police qui fournissait la sécurité à la maison du Président Aristide et tous les policiers ont quitté les alentours ce matin aux environs de 1h00 a.m. [jeudi 11 septembre 2014]. Cela rend le Président Aristide et sa famille, totalement exposés.

Je suis extrêmement concerné qu'il existe un effort d'arrêter de manière illégale le Président Aristide. Étant donné que les supporteurs du Président Aristide se sont rassemblés autour de sa maison au cours des derniers jours pour montrer leur soutien envers lui, on peut raisonnablement s’attendre qu'ils aillent encercler sa maison pour prévenir son arrestation. Personne ne devrait vouloir une confrontation entre les partisans du Président Aristide et la police. Je crains qu'une situation dangereuse se développe, qui puisse mener à des pertes de vie et d'instabilité politique plus profonde en Haïti.

S'il vous plait intervenez immédiatement pour éviter une confrontation inutile et dangereuse et éviter que s'en suive le chaos en Haïti.

Sincèrement,
Maxine Waters
Membre du Congrès

cc: Thomas C. Adams, Haiti Special Coordinator
Ambassador Pamela A. White, U.S. Ambassador to the Republic of Haiti»

Par ailleurs nous apprenons que ce mardi 16 septembre 2014, des sénateurs de l’Opposition anciens membres de l’organisation politique Fanmi Lavalas, des politiciens d’allégeance lavalassienne, des membres du MOPOD et des représentants d’organisations populaires, ont la ferme intention, en signe de solidarité, de rendre visite au Président Aristide, à sa résidence de Tabarre, sans demander l’autorisation au Juge Lamarre Bélizaire

 
16 septembre 2014 19H25
La Congress woman Maxine Waters écrit au Secrétaire d'Etat John Kerry
Dans une lettre adressée au Secrétaire d’État John Kerry, la Congressiste Maxine Waters, dit craindre une situation dangereuse après le retrait des agents chargés de la sécurité de l’ancien Président Aristide et lui demande d’intervenir sans délai, afin d’éviter une confrontation dangereuse entre les forces de l’orde et les partisans d’Aristide.

« L'Honorable John Kerry
Secrétaire d'État
Département d'État
2201 C Street, NW, Room 7226
Washington, DC 20520

Cher Secrétaire Kerry:

Je suis profondément concerné par la situation en Haïti.

J'ai été informé que des ordres ont été donnés de rappeler tous les officiers du commissariat de police qui fournissait la sécurité à la maison du Président Aristide et tous les policiers ont quitté les alentours ce matin aux environs de 1h00 a.m. [jeudi 11 septembre 2014]. Cela rend le Président Aristide et sa famille, totalement exposés.

Je suis extrêmement concerné qu'il existe un effort d'arrêter de manière illégale le Président Aristide. Étant donné que les supporteurs du Président Aristide se sont rassemblés autour de sa maison au cours des derniers jours pour montrer leur soutien envers lui, on peut raisonnablement s’attendre qu'ils aillent encercler sa maison pour prévenir son arrestation. Personne ne devrait vouloir une confrontation entre les partisans du Président Aristide et la police. Je crains qu'une situation dangereuse se développe, qui puisse mener à des pertes de vie et d'instabilité politique plus profonde en Haïti.

S'il vous plait intervenez immédiatement pour éviter une confrontation inutile et dangereuse et éviter que s'en suive le chaos en Haïti.

Sincèrement,
Maxine Waters
Membre du Congrès

cc: Thomas C. Adams, Haiti Special Coordinator
Ambassador Pamela A. White, U.S. Ambassador to the Republic of Haiti»

Par ailleurs nous apprenons que ce mardi 16 septembre 2014, des sénateurs de l’Opposition anciens membres de l’organisation politique Fanmi Lavalas, des politiciens d’allégeance lavalassienne, des membres du MOPOD et des représentants d’organisations populaires, ont la ferme intention, en signe de solidarité, de rendre visite au Président Aristide, à sa résidence de Tabarre, sans demander l’autorisation au Juge Lamarre Bélizaire

 
16 septembre 2014 19H24
La Congress woman Maxine Waters écrit au Secrétaire d'Etat John Kerry
Dans une lettre adressée au Secrétaire d’État John Kerry, la Congressiste Maxine Waters, dit craindre une situation dangereuse après le retrait des agents chargés de la sécurité de l’ancien Président Aristide et lui demande d’intervenir sans délai, afin d’éviter une confrontation dangereuse entre les forces de l’orde et les partisans d’Aristide.

« L'Honorable John Kerry
Secrétaire d'État
Département d'État
2201 C Street, NW, Room 7226
Washington, DC 20520

Cher Secrétaire Kerry:

Je suis profondément concerné par la situation en Haïti.

J'ai été informé que des ordres ont été donnés de rappeler tous les officiers du commissariat de police qui fournissait la sécurité à la maison du Président Aristide et tous les policiers ont quitté les alentours ce matin aux environs de 1h00 a.m. [jeudi 11 septembre 2014]. Cela rend le Président Aristide et sa famille, totalement exposés.

Je suis extrêmement concerné qu'il existe un effort d'arrêter de manière illégale le Président Aristide. Étant donné que les supporteurs du Président Aristide se sont rassemblés autour de sa maison au cours des derniers jours pour montrer leur soutien envers lui, on peut raisonnablement s’attendre qu'ils aillent encercler sa maison pour prévenir son arrestation. Personne ne devrait vouloir une confrontation entre les partisans du Président Aristide et la police. Je crains qu'une situation dangereuse se développe, qui puisse mener à des pertes de vie et d'instabilité politique plus profonde en Haïti.

S'il vous plait intervenez immédiatement pour éviter une confrontation inutile et dangereuse et éviter que s'en suive le chaos en Haïti.

Sincèrement,
Maxine Waters
Membre du Congrès

cc: Thomas C. Adams, Haiti Special Coordinator
Ambassador Pamela A. White, U.S. Ambassador to the Republic of Haiti»

Par ailleurs nous apprenons que ce mardi 16 septembre 2014, des sénateurs de l’Opposition anciens membres de l’organisation politique Fanmi Lavalas, des politiciens d’allégeance lavalassienne, des membres du MOPOD et des représentants d’organisations populaires, ont la ferme intention, en signe de solidarité, de rendre visite au Président Aristide, à sa résidence de Tabarre, sans demander l’autorisation au Juge Lamarre Bélizaire

 
15 septembre 2014 16H55
La Minustah envisage une réduction de son contingent en Haïti

Jeudi, le Conseil de sécurité a tenu, un débat sur Haïti au cours duquel la proposition du Secrétaire général de diminuer progressivement des forces militaires de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) a été l’objet de divergences d’appréciations, principalement des pays amis d’Haïti, d’Amérique du Sud. Rappelons que dans son dernier rapport du 29 août dernier sur la Minustah, le Secrétaire général, Ban Ki-moon, avait recommande au Conseil de sécurité de proroger d’un an le mandat de la Mission jusqu’au 15 octobre 2015, tout en proposant un retrait de la Mission en deux temps.

Dans un premier temps, il se propose de ramener les effectifs militaires à 2 370 hommes d’ici à juin 2015, soit : le Quartier Général de la force, avec ses éléments d’appui, deux bataillons mécanisés, une compagnie du génie, un hôpital de niveau II et une flotte aérienne propre à assumer les capacités aéroportées voulues. Dans un deuxième temps, la force pourrait être encore réduite, peut-être à un bataillon avec les éléments habilitant voulus, à la suite de l’élection présidentielle en 2015 et de la mise en place d’un nouveau gouvernement, si la situation le permet.

Avec ces effectifs plus restreints, la composante militaire n’aiderait les institutions haïtiennes que si la Police nationale n’était pas en mesure de rétablir l’ordre avec l’appui de la composante de police de la Minustah

 
15 septembre 2014 16H53
Une nouvelle compagnie aérienne à desservir Haïti bientôt.
La compagnie aérienne « LIAT (Leeward Islands Air Transport) The Caribbean Airline » basée sur l'île d'Antigua, qui dessert déjà 21 destination dans les Caraïbes, opérera à compter de cet hiver, 4 vols hebdomadaires en Haïti, sur l'aéroport international Toussaint Louverture à Port-au-Prince

À partir du 5 décembre, LIAT commencera ses vols vers Port-au-Prince, tous les mardi, mercredi, vendredi et dimanche. La route sera Antigua, la Dominique, Saint-Domingue, puis Port-au-Prince et au retour les mêmes destinations en sens inverse. LIAT a déclaré que ce nouvel itinéraire de vol, répondait à la demande des passagers et permettra de fournir de nouvelles connexions pour les clients des Caraïbes en vue améliorer le marché du tourisme et des affaires en Haïti.

 
15 septembre 2014 16H50
Une Foire pour entrer plus profondément dans la culture haïtienne
Une Foire pour entrer plus profondément dans la culture haïtienne !

14 Septembre: les Haïtiens étaient nombreux Haitian-Caribbean Book Fair, en plein cœur de Little Haiti..
Les visiteurs de la foire étaient en grande majorité des Haïtiens. C’est comme si les autres nationalités ne s’intéressaient pas à cet événement qui aurait du attirer les francophones et tous ceux voulant en savoir davantage sur la culture caribéenne.
Nous ne savons pas trop à quoi c’est dû
Mais nous en sortirions gagnant si il y avait beaucoup plus d’étrangers à cette grande foire du Livre, la seconde organisée Mapou cultural Center Inc, Sosyete Koukouy Miami Inc et Libreri Mapou Inc.

Un grand effort qui commence à avoir ses fruits parce que cette année, les « sponsors » ont été plus nombreux ( Knight Foundation, Miami Dade cultural Affairs, Boom Financial, Educa Vision , Uni Transfer… pour ne citer que quelques uns…)

Ce qu’il y avait de nouveau cette année c’est la préence de la Police de Miami qui avait installée des tréteaux pour barrer la route aux automobilistes, en en faire une rue piétonne, ce qui a permis aux auteurs et à tous les stands d’une manière générale de s’installer dans la deuxième Avenue Nord Est.

Et puis, quelle variété d’attractions, tout au long de cette journée du 14 septembre.

Une Book Fair, une Foire du Livre ?
Ce n’en était pas seulement une quand on pense aux spectacles de danse, ( Nancy & Nedgine avec ateliers à l’appui) aux conférences animées par les écrivains Edwidge Danticat et Gary Victor pour le lancement, la veille 13 septembre, aux ateliers de peinture de Daléus et de Louis Rosemond, sans oublier cet aspect réservé aux enfants qui s’en sont donnés à coeur joie en tentant de percer les trucs, les astuces du magicien Fritzner Paul toujours plus époustouflant d’une année à l’autre ou de cette vivace Lucrèce Louidhon Louinis qui, accompagnée au tambour par son époux a permis aux enfants de revivre ou de découvrir les contes populaires de notre folklore.
Cric/Crac ( vous seriez étonnés de voir ces petits afro-américains, certains ne parlant ni créole, ni français répondant pourtant au moindre CRIC avec un CRAC sonore. Bouki et Malice ne semblaient pas étrangers pour eux. Nés ici, ils ont tous semblé les connaitre et aucun d’entre eux interrogés par notre conteuse n’ont voulu ressembler au malheureux Bouki, tous attirés par Malice le malin.

Que va t-il rester après un pareil effort résultant d’un travail acharné du Mapou Cultural Center Inc, de Sosyete Koukouy Miami Inc et de Libreri Mapou Inc?

Beaucoup plus qu’on ne pourrait le penser.
D’abord pour les adultes qui après une conférence telle que celle prononcée par Gary Victor semblent s’être réveillés pour cesser d’idéaliser ce petit pays qu’ils ont laissé depuis des décades. Non a voulu leur faire savoir l’écrivain: Haïti n’est pas ce petit paradis que vous ne cessez d’embellir. L’Haïti que vous connaissiez a cessé d’exister Et comme pour bien le marteler dans leur tête l’une des auditrices de la conférence interrogée par Marleine Bastien, une MC incomparable entre autre a fait en détail le résumé de ce qui avait été dit par Gary Victor la veille.
Ensuite pour les enfants. En voyant défiler ces bandes de rara, ces danseurs vêtus de couleur flamboyantes, en visitant les stands richement garnis par les vendeurs du Caribbean Market Place, en écoutant « tirer des contes « , en se familiarisant un peu plus avec la langue créole , celle du pays d’origine de leurs parents, ils en arrivent à découvrir ce pays un peu plus d’année en année

Il ne faudrait cependant pas que la Foire du Livre Haitiano-Caribéenne de Miami reste l’affaire d’un petit groupe. Il faudrait d’année en année que l’on remarque d’autres têtes parmi les organisateurs, qui viendraient avec des suggestions nouvelles.
C’est cela l’évolution, c’est cela le progrès.

Le Livre est confronté à un grave problème, qui est aussi celui de la presse écrite. Les gens préfèrent aller fouiller sur l’internet pour toutes les informations dont ils ont besoin, sans trop penser au fait que tout ce qui est écrit sur l’internet provient des livres. En organisant d’année en année cette foire du Livre ( qui cette année en est à sa deuxième édition), en permettant aux écrivains de connaitre leur public de lecteurs et aux lecteurs de faire connaissance avec ces écrivains , les organisateurs font un travail colossal et méritent toutes nos félicitations.

Nous souhaitons longue vie à la Foire du Livre Haitiano-Caribéenne de Miami.