Les Toutes Dernieres

Recommander cet article
FaceBook  Twitter  

30 octobre 2014 11H19
Le Premier Ministre vénézuélien en visite à Port-au-Prince

Le Premier Ministre, Laurent Lamothe et le Ministre des Relations Extérieures de la République Bolivarienne du Venezuela, Rafael Ramirez réunis à Port-au-Prince, les 28 et 29 octobre dans le cadre de la visite officielle d'une délégation vénézuélienne on signé à l’issue de cette visite de 24 heures un engagement conjoint qui permet aux deux pays de centrer leur coopération dans les domaines de développement jugés prioritaires comme l'énergie électrique, l'agriculture, l'éducation, les infrastructures, la sécurité alimentaire et les programmes sociaux, afin d'améliorer les conditions de vie des deux populations.
 
29 octobre 2014 22H44
Jeudi 30 Octobre : MANIFESTATION POUR DEMANDER LA LIBERATION DES MANIFESTANTS ARRETES DIMANCHE
L’opposition politique entend défiler, le jeudi 30 octobre 2014, dans les rues de Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, pour exiger la libération des manifestants et militants politiques, arrêtés lors des récentes démonstrations antigouvernementales, annonce Serge Jean-Louis du Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (Mopod).

« Ce 30 octobre, les filles et les fils de (Jean-Jacques) Dessalines vont visiter dans le sud [municipalité de Carrefour] les filles et les fils de (André) Rigaud (mulâtre et ancien chef de l’Etat de la partie Sud de l’île, entre 1810 et 1811), en vue de s’unir pour bâtir un projet national », avance Serge Jean-Louis.

Il condamne les actes de violence, commis à l’encontre des manifestants lors des diverses mobilisations dans le pays, notamment à Port-au-Prince.

Le Mopod réclame, entre autres, la libération immédiate de tous les prisonniers politiques, dont Rony Timothée et Byron Odigé, incarcérés sans être auditionnés depuis la manifestation du dimanche 26 octobre 2014.

La Plateforme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (Pohdh) et le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) appellent aussi à « la libération des prisonniers politiques et des manifestants arrêtés illégalement », dans un communiqué de presse en date du 27 octobre 2014.
 
29 octobre 2014 07H13
Le Président Martelly part pour Paris et fait escale à la Guadeloupe
Lundi, en route pour sa tournée en Europe, où il doit rencontrer la Chancelière allemande Angela Merkel et le Président français François Hollande, le Président Michel Martelly a fait escale hier après-midi, en Guadeloupe où il a rencontré au salon d’honneur de l’aérogare Guadeloupe Pôle Caraïbes, le Président de Région, Victorin Lurel.

Les discussions ont porté notamment sur la coopération mise en œuvre en Haïti, notamment la construction du lycée des régions de France dans la ville de Des Coteaux où la Région Guadeloupe a été retenue comme leader des Conseils régionaux français, pour coordonner l'opération ; la réhabilitation de l'hôpital français d'Haïti et l'appui aux administrations haïtiennes.

Par ailleurs, dans le domaine de l’éducation, le Président Martelly a souhaité le concours de la Région Guadeloupe, pour la formation continue des enseignants haïtiens afin qu’ils puissent réactualiser leurs connaissance. L’idée d’avoir recours à des professeurs guadeloupéens à la retraite a été évoquée.

Une délégation du conseil régional de Guadeloupe pourrait se rendre en Haïti durant le premier semestre 2015 afin de faire le point sur les dossiers en cours de financement et qui rencontrent des difficultés dans leur mise en œuvre.

Victorin Lurel en a profité également pour inviter le Chef de État haïtien à assister en mai 2015 à l'inauguration du Mémorial ACTe, sur le site de Darboussier à Pointe-à-Pitre.

 
28 octobre 2014 20H50
ce sera mercredi 29 octobre le 41 ème Conseil de gouvernement...
41e Conseil de Gouvernement
Mercredi, le Premier Ministre, Laurent Lamothe présidera son 41e Conseil de gouvernement qui se déroulera autour de la situation environnementale du pays et du plan d'intervention conçu par le Gouvernement. Au cours de ce Conseil de gouvernement, seront présentées les thématiques comme l'aménagement du territoire, l'environnement trans-frontalier et la surveillance environnementale.
 
27 octobre 2014 23H19
L’ONU fête son 69 ème anniversaire


« Si certains revers ont été douloureux et qu’il reste beaucoup à faire pour concrétiser les idéaux énoncés dans la Charte de l’ONU, nos réalisations devraient nous encourager. » tels sont les propos du secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies(ONU) M. Ban Ki Moon, ce 24 0ctobre, à l’occasion du 69eme anniversaire de l’organisation.

Dans son message de circonstance M. Ban Ki Moon a appelé tous les gouvernements et les particuliers à faire fond commun pour le bien de tous.
Il a souligne que « en ces temps de crises multiples, l’Organisation des Nations Unies est plus nécessaire que jamais. La pauvreté, la maladie, le terrorisme, la discrimination et les changements climatiques font des ravages considérables et des millions de personnes continuent d’être exploitées dans des conditions déplorables, victimes du travail forcé, de la traite d’êtres humains, de l’esclavage sexuel ou de mauvaises conditions de travail dans les usines, les champs et les mines. L’économie mondiale n’offre pas les mêmes chances à tous ».

M Ban ki Moon a rappelé que «La création de l’Organisation des Nations Unies était une promesse solennelle faite aux peuples du monde entier de mettre fin à ces atteintes à la dignité humaine et d’ouvrir la voie d’un avenir meilleur. Si certains revers ont été douloureux et qu’il reste beaucoup à faire pour concrétiser les idéaux énoncés dans la Charte, nos réalisations devraient nous encourager.
 
27 octobre 2014 23H18
Réunification des familles haïtiennes à travers le Programme d’Exception pour le Regroupement des Familles Haïtiennes.

Ce communiqué en date du 17 octobre envisage :
- d’accéléer le processus de réeunification des familles
- de supporter les objectifs généraux des Etats-Unis pour la reconstruction et le deeveloppement d’Haïti
- d’encourager l’immigration sure, légale de manière ordonnée d’Haïti vers les Etats-Unis.
Ce programme offre à des Haïtiens qui vivent actuellement en Haïti et qui avaient fait une demande de visa d’immigrants approuvée en leur faveur d’entrer aux Etats-Unis d’ici un délai de 2 ans .é

“ Le Centre national de visa du Département d’état commencera à contacter certains citoyens améircains ou des résidents permanents leegaux ayant reçu l’approbabion de leurs demandes pour les membres de leur famille haïtienne restés en Haïti en vue de leur offrir la possibilité d’appliquer pour le programme et leur fournir des informations sur la façon de remplir l’applicaation “ a expliqué l’ambassadrice des Etats-Uns en Haïti, Mme Pamela White.

Le programme VISE UNIQUEMENT LES HA¨ITIENS qui sont en Haïti et qui attendant leur visa d’immigration. Le programme n’est pas ouvert aux Haïtiens qi vivent illégalement aux Etats-Unis , ni à ceux qui y sont arrivés de manière illegale.

 
27 octobre 2014 23H16
Les enfants dans les rues


Vaste manifestation avec plusieurs centaines de lycéens de la capitale . Les enfants manifestaient contre une decision du ministère de l’Education nationale de rappeler pour formation une trentaine de directeurs. “ Le ministdère de l’éducation nationale déclare un éducateur de carrière , aurait dû faire appel aux censeurs des lycées pour suppléer à l’absence momentanée des directeurs. Un autre éducateur pense que ce movement des él`eves peut être récupéré par un secteur aussi demande t-il aux éèves de rester dans les salles de classes pour ne pas se laisser manipuler.

Le communiqué du Ministère de la Justice.

Ce communiqué est formel: Il ne tolérera pas que certains membres de l’opposition provoquent une situation de troubles en forçant les éablissements scolaires à libérer leurs eelèves., dans les rues pour leur permettre d’attaquer ces enfants. :
“ Le ministère de la justice et de la Sécurité publique informe l’opinion publique que, selon des informations dignes de foi dont il dispose certains membres de l’opposition s’apprêtent à provoquer une situation de troubles en forçant les établissements scolaires à libérer leurs élèves dans le but, une fois dans les rues , d’être livrés à eux mèmes et de subir des actes d’agression et de violence. Le communiqué demande aux directeurs d’école de prendre toutes les dispositions nécessaires pour protéger leurs élèves contre toute manipulation pernicieuxe.

Les réactions de l’opposition.

Le MOPOD dénonce ces allegations . ce plan est le plan du pouvoir. Il veut commencer à éliminer des membres de l’opposition et il pense meme à attaquer des élèves. C’est grave et c’est révolant a réagi turneb Delpé, l’n des responsables du MOPOD. Selon l’omme politique, avec ce communqié, le gouvernement anticipe sur ce qu’il va faire afin de faire porter le chapeau à l’opposition.

 
26 octobre 2014 19H09
Brésil: Dilma Roussef réélue de justesse

Elle l'emporte avec 51,45% des voix, selon un décompte quasi définitif, au terme d'une campagne très virulente.
Dilma Rousseff a été réélue de justesse dimanche présidente du Brésil avec une courte avance sur son adversaire de centre-droit Aecio Neves.
La présidente de gauche, candidate du Parti des travailleurs (PT) l’a emporté avec 51,45% des voix contre 48,55% au candidat du Parti social-démocrate brésilien (PSDB), selon des résultats quasi définitifs portant sur un décompte de 98% des bulletins de vote. «Merci beaucoup!», a immédiatement réagi sur son compte Twitter la candidate. La différence s’est jouée sur à peine trois millions de vote, alors que 142,8 millions d’électeurs étaient convoqués aux urnes. C’est l’élection la plus disputée de l’histoire récente du pays.
Muito obrigada! #Dilmais4anospic.twitter.com/LcPPKMOgHz — Dilma Rousseff (@dilmabr) October 26, 2014
Malgré les nuages économiques et les affaires de corruption, les Brésiliens ont opté à une courte majorité pour la poursuite de ce cycle initié par l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2012), resté extrêmement populaire au Brésil.
Comme prévu, la présidente l’a largement emportée dans les régions pauvres du Nord-Est. Mais si elle a largement perdu dans l’Etat de Sao Paulo, fief du PSDB, elle a remporté une large victoire dans les deux grands Etats de Rio et de Minas Gerais, – le bastion de M. Neves – dans le sud sud-est industrialisé.
Le candidat de centre-droit promettait, sans toucher aux programmes sociaux populaires de la gauche, un choc de gestion libéral pour relancer l’économie brésilienne en panne et lutter contre l’inflation et la corruption qui fragilisent le PT.
Après la campagne électorale la plus virulente de l’histoire récente du Brésil, qui a creusé le clivage droite-gauche, le vote s’est déroulé calmement. A l’exception de l’assassinat d’un jeune électeur dans le nord du pays, abattu par balles par un inconnu apparemment dans un règlement de compte, selon la police.
Cette campagne électorale, émaillée d’attaques personnelles, a scindé le pays en deux blocs, selon les appartenances sociales: les plus pauvres en faveur de la présidente Dilma Rousseff, les plus aisés pour le candidat «du changement». Dilma Rousseff a finalement remporté la bataille au centre, au sein des classes moyennes intermédiaires du sud-est industrialisé du pays.
Elue en 2010 dans l’euphorie finissante de l’âge d’or de la présidence de son mentor Lula, l’ex-guérillera avait hérité d’une croissance économique annuelle de 7,5%. Elle a amplifié les programmes sociaux qui bénéficient à un quart des 202 millions de Brésiliens, lui valant un large soutien dans les couches populaires et les régions pauvres du Nord-Est. Mais elle a été confrontée à des vents hostiles: quatre années de croissance au ralenti jusqu’à l’entrée en récession au premier semestre, revendications d’une classe moyenne dont l’ascenseur social est tombé en panne, scandales de corruption qui ont terni l’image du PT.
Dans la campagne acharnée de l’entre-deuxtours, la présidente avait mis en garde contre le retour aux potions d’austérité douloureuses administrées par l’ancien président social-démocrate Fernando Henrique Cardoso (1995-2002). Et comme la crise n’a pas affecté le plein-emploi (5% de chômage) et le salaire minimum continue d’augmenter, elle a fait pencher la balance en sa faveur.
Rousseff n’aura pas la tâche facile pour son second mandat de quatre ans. Elle devra redresser l’économie et mieux répondre aux attentes nouvelles de la classe moyenne, face à un parlement morcelé et plus conservateur qu’en 2010 et des milieux d’affaires qui l’ont prise en grippe en raison de son interventionnisme.
AFP

 
26 octobre 2014 18H11
Manif 26 octobre dispersée

La manifestation de l’opposition organisée, ce dimanche 26 octobre pour dénoncer, dit-on, les dérives du pouvoir en place et réclamer la tenue d’élections dans le pays, a été dispersée au Champs de mars, au niveau de la rue Magloire Amboise.
Les manifestants qui se sont élancés au Bel-air, sont passés par Pétion-ville, en longeant l’autoroute de Delmas, avant de se rendre au Champs de Mars par l’autoroute de Bourdon. Ils ont scandé des propos hostiles à l’Administration Martelly-Lamothe, sur tout le parcours, qu’ils accusent d’être responsable des malheurs du pays.
En ce qui a trait aux deux activistes, Rony Timothée et Buron Odigé, qui ont été arrêtés, après un escale au commissariat de Pétion-ville, ils ont été conduits au commissariat de Port-au-Prince. Les causes de leur arrestation demeurent toujours inconnues.

 
26 octobre 2014 17H54
Elections du 26 octobre reportées sine die

Le gouvernement haïtien a officiellement annoncé le report des élections législatives et municipales qui devaient avoir lieu ce dimanche 26 octobre 2014, une nouvelle qui était attendue vu les difficultés à organiser le scrutin.

"L'arrêté convoquant le peuple dans ses comices est reporté", lit-on dans un communiqué du secrétariat de la présidence alors que l'opposition s'apprêtait à descendre dans les rues de la capital ce dimanche 24 octobre.
Aucune nouvelle date n'a été annoncée pour la tenue des élections.

 
24 octobre 2014 07H34
Mis à sac des locaux de la mairie de Petit Goâve


Le jeudi 23 Novembre , les membres de l'opposition, ont envahi les rues, aux environs de 10:00 a.m.. Ils sont passés devant le Parquet de la ville et saisit les clefs de plusieurs voitures. Ensuite ils ont envahi la Mairie de Petit-Goâve, où ils ont mis le feu à la génératrice et saccagé des matériels et des bureaux, avant de poursuivre leur chemin...

Aucune présence policière n'a été constatée sur les lieux au moment où les manifestants ont saccagé la mairie Ce n'est qu'après plusieurs minutes, que les forces de l'ordre, beaucoup d'agents de l’Unité Départementale de Maintien de l’Ordre (UDMO) et du Corps d’Intervention et de Maintien d’Ordre (CIMO) sont arrivées sur les lieux

 
22 octobre 2014 11H34
La Drogue en circulation à St Louis du Sud
Des groupes armés haïtiens et jamaïquains s'affrontent dans la localité de La Folie, section rurale de Saint Louis du Sud depuis plusieurs jours. Le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance d'Aquin, Isaac Lethan, affirme que les résidents de la région ont rapporté que plusieurs personnes ont été blessées lors des échanges de coup de feu.

Le contrôle de la région pour le trafic de la marijuana serait à l'origine des heurts. Le chef du Parquet affirme avoir vainement tenté de se rendre dans la localité le weekend écoulé afin de dresser le constat d'une blessure par balles. Accompagné d'un juge de paix le commissaire du gouvernement affirme avoir rebroussé chemin en raison de tirs nourris.

Le commissaire Lethan révèle qu'il n'avait pas bénéficié de l'appui des forces de l'ordre pour réaliser l'opération. J'ai en maintes reprises tenté de joindre au téléphone le directeur départemental de la police, soutient-il.

Cependant le commissaire divisionnaire, Jean Bruce Mirtil, dément n'avoir pas répondu aux appels téléphoniques du magistrat. Il déplore la décision du chef du Parquet de se faire accompagner de civils armés pour réaliser une telle opération.

M. Mirtil soutient avoir réalisé récemment une rencontre entre les chefs de Parquet et les commissaires de police de la région afin d'harmoniser les actions.

Les autorités policières et judiciaires ne peuvent fournir des informations sur le climat de tension entretenu par les trafiquants de drogue haïtiens et jamaïquains dans cette région.

Récemment les autorités gouvernementales avaient révélé une intensification du trafic de la marijuana notamment dans la péninsule du sud.

 
21 octobre 2014 20H08
Audience des victimes du cholera devant un tribunal fédéral à New York.
Un tribunal fédéral de Manhattan (États-Unis) recevra les avocats des victimes du choléra lors d’une audience le 23 octobre, dans le cadre d’une plainte déposée il y a un an contre les Nations Unies.
Selon plusieurs études indépendantes, l’épidémie de cholera a eu comme point d’origine en Haïti en 2010 une base de la Mission de casques bleus présente dans le pays depuis 2004.
L’audience du jeudi 23 octobre 2014, donne suite à une plainte déposée le 9 octobre 2013 par devant le tribunal de Manhattan, par le Bureau des avocats internationaux (Bai), l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti (IjdH) et l’équipe des avocats défenseurs de citoyennes et des citoyens haïtiens qui ont attrapé le virus.
La quête d’une piste pour porter l’Onu à prendre sa responsabilité et dédommager les victimes reste la visée des plaignants.
Déplorant le fait que les Nations Unies n’ont jamais parlé « de responsabilité » mais se cachent toujours « derrière le prétexte de l’immunité », le directeur du Bureau des avocats internationaux (Bai) Mario Joseph juge qu’il n’est plus possible que l’Onu « profite de cette immunité sans donner une alternative aux victimes ».
Il reprend l’idée de la section 14, de l’article 4 de la convention sur les privilèges et les immunités, adoptée le 13 février 1946, dont jouissent les fonctionnaires onusiens, pour rappeler que l’immunité ne doit en aucun cas freiner la justice.
Il est dit dans cette convention que les immunités et les privilèges sont accordés aux employés de l’Onu non pour leur « avantage personnel », mais pour « assurer en toute indépendance l’exercice de leurs fonctions ».
Il est aussi arrêté dans cette même section l’obligation de la levée de l’immunité dans les cas où elle fait obstruction aux démarches judiciaires.
Pour l’instant les autorités sanitaires haïtiennes rêvent de pourvoir éradiquer la maladie, d’ici les 10 prochaines années, mais n’ont jamais appelé les Nations Unies à reconnaitre leur responsabilité.

 
21 octobre 2014 20H08
Audience des victimes du cholera devant un tribunal fédéral à New York.
Un tribunal fédéral de Manhattan (États-Unis) recevra les avocats des victimes du choléra lors d’une audience le 23 octobre, dans le cadre d’une plainte déposée il y a un an contre les Nations Unies.
Selon plusieurs études indépendantes, l’épidémie de cholera a eu comme point d’origine en Haïti en 2010 une base de la Mission de casques bleus présente dans le pays depuis 2004.
L’audience du jeudi 23 octobre 2014, donne suite à une plainte déposée le 9 octobre 2013 par devant le tribunal de Manhattan, par le Bureau des avocats internationaux (Bai), l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti (IjdH) et l’équipe des avocats défenseurs de citoyennes et des citoyens haïtiens qui ont attrapé le virus.
La quête d’une piste pour porter l’Onu à prendre sa responsabilité et dédommager les victimes reste la visée des plaignants.
Déplorant le fait que les Nations Unies n’ont jamais parlé « de responsabilité » mais se cachent toujours « derrière le prétexte de l’immunité », le directeur du Bureau des avocats internationaux (Bai) Mario Joseph juge qu’il n’est plus possible que l’Onu « profite de cette immunité sans donner une alternative aux victimes ».
Il reprend l’idée de la section 14, de l’article 4 de la convention sur les privilèges et les immunités, adoptée le 13 février 1946, dont jouissent les fonctionnaires onusiens, pour rappeler que l’immunité ne doit en aucun cas freiner la justice.
Il est dit dans cette convention que les immunités et les privilèges sont accordés aux employés de l’Onu non pour leur « avantage personnel », mais pour « assurer en toute indépendance l’exercice de leurs fonctions ».
Il est aussi arrêté dans cette même section l’obligation de la levée de l’immunité dans les cas où elle fait obstruction aux démarches judiciaires.
Pour l’instant les autorités sanitaires haïtiennes rêvent de pourvoir éradiquer la maladie, d’ici les 10 prochaines années, mais n’ont jamais appelé les Nations Unies à reconnaitre leur responsabilité.

 
20 octobre 2014 20H31
Concernant le Parc Industriel de CARACOL.

Deux ans après l’inauguration, le Parc Industriel de Caracol (PIC), celui-ci accueille 4,766 travailleurs dans une région ou le taux de chômage dépassait les 46%. Au cours du troisième trimestre (T3) 2014, les emplois ont augmenté de 43% par rapport au trimestre précédent (3,324) alors que les exportations ont dépassé le trimestre précédent de 154%, pour s’établir à 57 millions de dollars américains.

L’usine électrique du PIC a branché 7,300 clients dans les localités voisines de Caracol, Trou du Nord, Terrier Rouge et Limonade tout en continuant à fournir une alimentation électrique importante et stable aux clients du Parc.

Le « Village La différence », anciennement connu sous le nom d’EKAM, avec ses 750 résidences, compte aujourd’hui 250 ouvriers qui travaillent au parc et fournit une éducation gratuite de qualité à 400 enfants.

Depuis le début de l’année, 5.4 millions de dollars ont été versé en salaire aux ouvriers du PIC.

« Ce fut un bon trimestre pour le Parc industriel de Caracol, les résultats sont encourageants et a Société Nationale de Parcs Industriels (SONAPI) se concentre pour continuer à grandir, afin de promouvoir les investissements et la création des emplois dont le Nord d’Haïti a tant besoin » a déclaré Bernard Schettini, Directeur Général de la SONAPI.

Ce troisième trimestre a vu la finalisation d’accords pour la construction de 4 nouveaux bâtiments capables d’accueillir 4,000 nouveaux travailleurs dans la période 2015-2016.

Autres chiffres :

• L'emploi a augmenté 43,38% par rapport au T2 et de 61% par rapport au T1 ;
• La communauté de Trou du Nord continue d'être la principale source de main-d'œuvre ;
• La plus forte augmentation en pourcentage de la main-d'œuvre au 3ème trimestre venait de Quartier Morin ;
• Caracol, Limonade et Cap-Haïtien fournissent 59% de la main-d'œuvre ;
• Le recrutement de Ouanaminthe continue à rester faible à 3% ;
• Les femmes constituent 73% de l'effectif des locataires au T3 2014 ;
• Sae-A/SHG emploie 84,87% de toutes les personnes dans le Parc Industriel de Caracol ;
• Un tiers des maisons de EKAM ont une personne employée au PIC ;
• Le nombre de travailleurs capables d'accéder à l'électricité à partir de la centrale du PIC a augmenté 78,35% par rapport au trimestre précédent et de 111,7% par rapport au T1.